Interview Amandine Peter

Aujourd’hui, on accueille l’auteure de « Le Stream » et « La couleur des nébuleuses » sur le blog pour une petite interview ! Hâte d’en découvrir plus sur l’auteure de ces deux science-fiction du tonnerre ? 🤪

ça se passe par là !!

LNPATCHOU

Salut Amandine Peter, et si tu te présentais un petit peu ? 

Bonjour ! Je m’appelle Amandine, je suis auteure autoéditée, je vis aux États-Unis dans l’état de New York avec mon mari et nos trois chats.

Quels sont tes ouvrages? 

J’ai écrit Le Stream, une trilogie de science-fiction / dystopie qui mêle intelligence artificielle et écologie. Mon dernier roman, La Couleur Des Nébuleuses, c’est un space opera fantasy, premier tome d’une duologie.

Comment t’est venue l’envie d’écrire ? 

En lisant, quand j’avais environ treize ans. J’ai commencé à écrire de la fan fiction après avoir lu le roman de Philip Pullman, À la croisée des mondes, parce que j’avais envie de continuer à voyager dans cet univers et faire vivre les personnages. Ensuite, j’ai commencé à créer mes propres mondes !

Depuis quand écris-tu ? 

J’ai commencé à écrire mes propres romans quand j’avais 15 ans. J’ai un peu perdu l’écriture de vue entre 25 et 30 ans, mais elle m’est revenue naturellement.

D’où te viennent tes idées ? Ton inspiration? 

Je m’inspires de mon quotidien, des gens que je croise, des livres que je lis et des films et séries que je vois. Chaque chose qui me touche, m’intrigue, me fait rire, me rend perplexe, finit par m’inspirer d’une façon ou d’une autre.

Comment l’histoire « Le stream » est-elle née ? 

J’ai rêvé que j’étais dans le Stream ! J’ai vu cette immense glissière remplie d’eau dans laquelle des streamers évoluaient. Je connaissais son nom, le Stream, mais rien dans mon rêve ne me permettait de savoir à quoi il servait. J’ai vu des personnages (certains dont je connaissais le nom aussi), l’île d’Hakinahi… quand je me suis réveillée, j’ai commencé à mettre tout ça sur papier et construire une intrigue. C’était le rêve le plus intense que j’ai fait de ma vie.

Tu as depuis publié une toute autre histoire. Peux-tu nous parler de « La couleur des nébuleuses » ?

La Couleur Des Nébuleuses, c’est une rencontre entre Les Gardiens de la Galaxie, À la croisée des mondes et la Passe-Miroir. C’est une aventure hors du commun qui nous fait voyager à travers la galaxie du futur, un univers fantastique qui cache de dangereux secrets. On suit Ani, une jeune femme en quête de réponses quant à son origine, et l’équipage de la Maraudeuse, un groupe hétéroclite qui va l’aider dans sa tâche.

Avec ces différents ouvrages, on peut dire que tu es plutôt familière avec les deux méthodes de publication d’un roman puisque ta saga Le Stream a été édité premièrement par les éditions Nouvelles Plumes avant d’être en autoédition, et que La couleur des nébuleuses est autoédité. Pourrais-tu nous parler de tes ressentis face à ces deux méthodes ? Quels sont les points positifs et négatifs qui ont pu te marquer ?

Le point positif indéniable de la maison d’édition, c’est la visibilité. Nouvelles Plumes m’a permis de me faire connaître dans le réseau France Loisirs, ce qui n’est pas négligeable. Le point négatif, c’est qu’un auteur en contrat avec une maison d’édition ne touche qu’un très petit pourcentage des ventes de son livre, et que le suivi n’est pas idéal. Tout dépend de la maison d’édition, bien sûr, mais il est difficile de connaître ses chiffres de vente, le nombre d’exemplaire vendus…

Le point positif de l’autoédition, c’est justement ce pourcentage beaucoup plus élevé, mais aussi la liberté totale de l’auteur : couverture, titre, prix, fond, forme, personne ne nous impose quoi que ce soit. Mais la difficulté reste de se faire une place dans le marché, se faire connaître, gérer son marketing, rencontrer ses lecteurs, générer des ventes… l’autoédition, c’est avant tout être autoentrepreneur !

Pourquoi as-tu finalement décidé de te lancer dans l’autoédition ?

La publication des deux premiers tomes du Stream n’étant pas suffisamment lucrative, je n’ai pas pu publier mon tome 3 chez Nouvelles Plumes. J’ai donc dû le faire moi-même sur la plateforme BoD, avec le tome 3 dans un premier temps, et avec la trilogie complète une fois que j’avais récupéré mes droits. Et puis finalement, j’ai décidé de continuer avec mon nouveau roman, parce que j’ai apprécié cette grande liberté, et que j’étais un peu dégoûtée du monde de la publication en maison d’édition. J’ai choisi la plateforme KDP pour LCDN, parce qu’elle offre beaucoup d’avantages pour les auteurs autoédités.

As-tu d’autres projets d’écriture ?

À part le tome 2 de LCDN, que je suis en train d’écrire, j’ai un projet de roman one shot qui mêlera magie et science-fiction, et un autre sur une sorcière moderne qui s’installe aux États-Unis pour fuir sa famille et son héritage.

Quel est ton moment favori pour écrire ? Ton endroit ?

Je n’ai pas de moment favori, idéalement, tout au long de la journée ! Mais c’est souvent en fin de journée que ma créativité est à son niveau optimal. Pour ce qui est de l’endroit, n’importe où tant que je peux voir dehors et que j’ai une bonne chaise pour m’assoir.

L’endroit le plus insolite où tu as eu de l’inspiration ?

Alors, insolite, je ne sais pas, mais plutôt inhabituel pendant un vol Paris-New York, où m’est venue l’intrigue complète d’un roman… après m’être endormie et en avoir rêvé, bien sûr !

Mis à part tes romans, as-tu d’autres passions ?

La nature ! Les plantes, la randonnée, la forêt et la montagne. Le dessin, la lecture, la cuisine, mes chats.

Tes auteurs préférés ?

Colleen Hoover, Andy Weir, Sarah J Maas, Brandon Sanderson.

Etre auteur pour toi, c’est quoi ?

C’est la réalisation d’un rêve que je poursuis depuis que je suis enfant. C’est même plus que ça, je sais que je suis faite pour ça, qu’il n’y a rien d’autre qui me procurera autant de bonheur. J’ai mis longtemps à le comprendre, parce que j’ai oscillé entre plusieurs passions et boulots. Être auteure, c’est ce que j’ai décidé de faire et de ne jamais arrêter.

Que conseillerais-tu à une personne qui souhaite se lancer dans l’écriture ?

Tout dépend la raison pour laquelle on se lance, mais si on veut devenir écrivain, il ne faut pas avoir peur de se lancer. Tout le monde peut écrire, ce n’est réservé à personne. Mais on écrit rarement un chef d’œuvre du premier coup. La différence, c’est la pratique et le travail. Il faut être prêt à se remettre en question, à identifier ses faiblesses et à s’améliorer. Et si vous faites tout ça en prenant du plaisir, alors l’écriture est faite pour vous !

Pour terminer, as-tu un scoop à nous dévoiler pour tes prochaines actualités ? Un petit mot à faire passer à tes lecteurs/lectrices ?

Ce que je souhaite dire à mes lecteurs/trices, c’est simplement MERCI. Vous n’avez pas idée à quel point je vous suis reconnaissante pour vos partages, commentaires, pour votre soutien et votre enthousiasme. Merci de me lire, merci de croire en moi. Ça me touche énormément, et je suis heureuse de pouvoir partager l’univers du Stream et de LCDN avec vous ! Après la nomination de LCDN au Prix du Jury des Plumes Francophones 2020, je croise les doigts pour les résultats !

Merci Amandine Peter pour toutes ces réponses ! Je suis impatiente de lire la suite de ces deux séries qui ont été d’énorme coup de cœur pour moi ! 😁 Pas vous ? 🤪

Mon avis ici : Le Stream, Tome 1 / La couleur des Nébuleuses, Tome 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :