Interview Michèle Beck

Aujourd’hui, on accueille l’auteure de « Les gardiens des anges » sur le blog pour une petite interview ! Hâte d’en découvrir plus sur l’auteure de ce fantastique entre The mortal instrument et Damnés ? 🤪

ça se passe par là !!

LNPATCHOU

Salut Michèle Beck, et si tu te présentais un petit peu ?

Bonjour à tous et à toutes, je m’appelle Michèle et j’ai 41 ans, j’ai passé mon enfance à Chambéry, en Savoie puis mon adolescence et une partie de ma vie d’adulte à Lyon. Entre l’école et moi, ce ne fut pas une grande histoire d’amour, et dès que j’ai pu, j’ai arrêté pour travailler. Et j’ai bien fait puisque j’ai rencontré ainsi l’homme de ma vie, avec qui j’ai deux adolescentes aujourd’hui. J’ai travaillé en magasin et j’ai été animatrice de Scrapbooking. Ce fut d’ailleurs grâce à ce loisir créatif que j’ai connu mes premières publications dans des magazines spécialisés. Nous vivons aujourd’hui à Saint-Jean de Maurienne, en Savoie, depuis bientôt 14 ans, où je me consacre entièrement à l’écriture depuis quelques années.

Quels sont tes ouvrages ?

J’ai actuellement deux séries en cours. La première s’appelle Les Gardiens des anges, et est une série fantastique, avec des anges, des démons et plein d’autres créatures. Au milieu de cet univers surnaturel, il y a une histoire d’amour entre un ange et une potentielle. C’est une réédition de Mémoire d’ange, dont le premier tome avait été publié par la maison d’édition Le Gâteau sur la cerise. J’ai pu récupérer les droits de ce premier tome à la liquidation de la maison d’édition, et j’ai décidé de publier moi-même ma série, en passant par Amazon. Le tome 1, Les ailes perdues, est sorti en fin d’année 2019, accompagné d’une nouvelle Le miel des vampires. Puis le tome 2, Les ailes de l’oubli, est sorti en avril dernier. Le tome 3, Les ailes sombres, est prévu pour septembre. J’espérais pouvoir le sortir plus tôt, mais j’ai pris du retard pendant le confinement.

Mon autre série est dans un tout autre genre : romance contemporaine. Je l’appelle Owl City, mais ce n’est pas officiel ^^ C’est le nom de la petite ville où se situe l’intrigue. Le premier tome, Full contact, est sorti l’année dernière chez City éditions. J’avais envie de raconter l’histoire d’une petite ville américaine et de ses habitants hauts en couleur et attachants et comment certains drames peuvent bouleverser une ville entière. J’avais aussi envie de raconter l’histoire de Tony qui revient dans sa ville natale après avoir purgé sa peine, et celle de Kara qui vient y chercher une nouvelle vie.

Enfin, j’ai publié l’année dernière un roman contemporain feel-good, La fille au sac de plumes. C’est l’histoire d’une femme qui suite à un drame familial, va décider de tout plaquer et de partir avec son sac sur le dos et ses chaussures de marche vers le seul endroit où elle a été heureuse dans sa vie. Un road trip de plus de 800 kms en France, durant lesquels elle va rencontrer des personnes hors du commun. Ça parle de sujets importants pour moi, comme l’homosexualité, la maladie, et ces petites choses de la vie qui peuvent tout changer.

Comment t’est venue l’envie d’écrire ?

Depuis toute petite, j’ai toujours voulu raconter des histoires. Je me souviens que lorsque j’allais au cinéma, je ressortais de la salle et je me disais, voilà, c’est ça, je veux moi aussi raconter des histoires, faire ressentir des émotions aux gens, mais ça a toujours été par le biais de l’écriture. Seulement, je n’ai jamais osé le dire, ce n’était qu’un rêve, et je n’avais pas conscience que les rêves, on pouvait faire en sorte qu’ils se réalisent. Aujourd’hui je le sais 🙂

Pendant l’adolescence, j’ai beaucoup écrit, surtout des poèmes, des chansons. Et puis la vie professionnelle a fait qu’on cache tout ça quelque part au fond de nous. L’envie d’écrire a toujours été là, mais je me disais « plus tard ». C’est à la mort de mon beau-père que j’ai pris conscience que le plus tard pouvait ne jamais arriver.

J’ai récupéré un vieux cahier de brouillon qui traînait chez moi, et j’ai commencé à écrire un roman de fantasy en trois tomes ^^ Super ambitieuse la fille ! Je n’ai écrit que le premier tome et il n’a jamais été publié. Mais j’ai réalisé que j’étais faite pour ça. J’avais trouvé ma place. Et je n’ai plus arrêté !

Depuis quand écris-tu ?

Cela va faire 11 ans que j’ai commencé à écrire des romans, avec plus ou moins de pauses les premières années. Depuis 4 ou 5 ans, j’écris plus sérieusement, je m’y consacre comme à un vrai travail.

D’où viennent tes idées ? Ton inspiration ?

Ça vient de partout, et ça commence très souvent par un « et si… » L’inspiration est partout autour de nous, ça peut être des mots entendus lors d’une conversation, un sentiment, des couleurs, une série télé, un film… Parfois ça vient quand on s’y attend le moins, ça peut être fulgurant, et ça peut repartir aussi vite. Les idées, je dois en avoir plusieurs par jour, le tout c’est de faire le tri et de savoir laquelle peut faire un roman. Pour moi, c’est mon corps qui va me dire si c’est une idée à creuser ou pas. Ça fait un peu dingue de dire ça, mais c’est vrai. Mon corps réagit et je sens comme des vibrations ou des frissons, et je sais alors que je dois poursuivre. Inversement, lorsque pendant l’écriture quelque chose ne va pas, je le sens aussi physiquement. J’ai appris au fil du temps à faire confiance aux sensations de mon corps, et jusqu’à maintenant, ça marche.

Comment l’histoire « Les gardiens des anges » est-elle née ?

Les gardiens des anges, tome 1 : Les ailes perdues par BeckL’histoire est née par Lily, et sa maman qui disparaît tragiquement. Au départ, Lily était plus jeune et elle finissait par vivre chez son oncle. Elle voyait un garçon que personne d’autre ne voyait, Matthew, qui était donc un fantôme (sans qu’il le sache car il avait perdu la mémoire) au lieu d’un ange. J’ai décidé d’en faire plutôt un roman pour ado, alors j’ai modifié l’âge de Lily, et je crois que je venais de lire un truc sur les anges, et comme j’avais toujours été fascinée par ça, les anges et les démons, j’ai trouvé que ce serait mieux que Matthew soit un ange au lieu d’un fantôme, mais toujours avec cette perte de mémoire. L’histoire s’est ensuite enchaînée toute seule.

Tu as également écrit une romance intitulée « Full Contact », peux-tu nous en parler ?

Full contact par BeckJe venais de finir le premier tome des Gardiens des Anges, et j’attendais les réponses des maisons d’éditions à l’époque. Je devais écrire le tome 2, sans trop d’envie, j’avais plutôt envie d’écrire autre chose, j’avais envie de romance. J’avais regardé quelques épisodes de la série The Originals, dont un épisode centré sur le frère et la sœur et à quel point il est toxique pour elle, comment il la contrôle depuis toutes ces années. C’est parti de là. Je voulais raconter l’histoire d’une jeune femme qui va fuir son frère violent et possessif, et qui va se retrouver dans une petite ville américaine où il est impossible de passer inaperçue. Il me manquait quelqu’un qui lui prouve que les hommes ne sont pas tous comme son frère. Je me souviens que c’était pendant les JO d’été. On était samedi soir, j’étais toute seule devant la télé, à attendre que le match de boxe de Tony Yoka commence. J’avais mon héros. Il serait boxeur, et reviendrait en ville après une longue absence. Dans la soirée j’avais toute mon intrigue et mes personnages. C’était magique.

J’ai de la chance parce que les lecteurs l’ont hyper bien reçu, on l’a souvent qualifié de lecture doudou, et on me demande souvent la suite. Et ça, c’est un vrai cadeau de la part des lecteurs !

Avec ces différents ouvrages, on peut dire que tu es plutôt familière avec les deux méthodes de publication d’un roman puisque ta saga « Les gardiens des anges » est autoédité alors que « Full Contact » a été publié chez City Edition. Pourrais-tu nous parler de tes ressentis face à ces deux méthodes ? Quels sont les points positifs et négatifs qui ont pu te marquer ? Laquelle as-tu préférés ?

Il y a du bon et du moins bon dans les deux cas. J’aime avoir la liberté de publier ce que je veux et comme je veux avec l’autoédition, sans me demander si le sujet du roman que je meurs d’envie d’écrire intéressera un éditeur ou pas. On est payé plus régulièrement, tous les mois (une fois par an pour un éditeur si les ventes sont bonnes), mais bien sûr, il faut vendre pour ça aussi en autoédition ^^

J’aime pouvoir décider du titre, de la couverture… mais ça peut être également négatif, car au final, je suis écrivain, et pas vendeur/comunity manager etc, comme le sont normalement les éditeurs. Après tout, c’est leur métier.

Et c’est ce que j’aime aussi, en publiant avec un éditeur, c’est cette prise en main qu’il peut y avoir, cette maîtrise que je n’ai peut-être pas. Ils s’occupent de tout, et même si pour Full contact j’avais été un peu perturbée par le choix du titre (Full contact a été choisi par l’éditeur, ce n’était pas mon titre) et de couverture (qui je trouve fait plutôt romance érotique alors que Full contact n’en est pas une), j’ai apprécié le fait qu’ils gèrent la communication, la publicité. Et puis, le point le plus important peut-être, c’est que le roman est en librairie. Et ça, ça change énormément de choses !

Donc voilà, je pense que je continuerai probablement à publier en autoédition, pour cette liberté d’écriture, et j’aimerais aussi trouver un chouette éditeur avec qui travailler main dans la main et construire ma carrière d’auteur.

As-tu d’autres projets d’écriture ?

Oh que oui ! J’ai toujours plusieurs projets en préparation. C’est bizarre mais ça me rassure de savoir que j’ai plusieurs romans à écrire. Je crois que j’ai peur de me retrouver un jour sans rien avoir à écrire.

J’ai la suite de Full contact à terminer et le tome 3 en préparation. Après ça, j’ai un roman pour enfant à terminer, un petit garçon en fauteuil roulant qui va devoir se surpasser pour sauver un refuge pour animaux, puis un roman ado horreur en pleine montagne qui est lui en préparation. J’ai aussi un roman contemporain qui commence tout juste à se mettre en place dans ma tête. Et puis, la série des Gardiens des Anges est une énorme source d’inspiration, et j’ai très envie de retourner dans cet univers. J’ai l’histoire de plusieurs personnages secondaires à raconter. J’ai encore de longues années d’écriture devant moi !

Quel est ton moment favori pour écrire ? Ton endroit ?

Mon bureau est dans ma chambre, j’écris toujours là. Pour le moment de la journée, je préfère le matin, mais avec une vie de famille bien remplie, ce n’est pas toujours possible. Donc j’écris dès que je peux.

L’endroit le plus insolite où tu as eu de l’inspiration ?

Peut-être pendant un run, avec mon chéri. C’est là que j’ai eu l’idée de La fille au sac de plumes. Les trajets en voiture sont aussi très inspirants.

Mis à part tes romans, as-tu d’autres passions ?

La lecture, la marche, la nature, les séries tv. J’adore aussi regarder le sport à la télé.

Tes auteurs préférés ?

Je ne pense pas en avoir. Mais il y a des valeurs sûres, comme Stephen King. Côté français, je découvre les romans de Virginie Grimaldi et j’aime beaucoup. Et puis comme énormément de gens, j’ai lu plusieurs fois Harry Potter. Mais mon roman préféré sera toujours Le seigneur des anneaux.

Être auteur pour toi, c’est quoi ?

C’est simplement qui je suis. C’est ma respiration, c’est dans mon sang.

Que conseillerais-tu à une personne qui souhaite se lancer dans l’écriture ?

Il faut lire, et de tout. Et surtout écrire tous les jours, même quand on n’a pas envie et que l’inspiration n’est pas là. C’est un muscle, et comme tous les muscles, ça se travaille. Rien n’est impossible, alors ne lâchez rien !

Pour terminer, as-tu un « scoop » à nous dévoiler pour tes prochaines actualités ? Un petit mot à faire passer à tes lecteurs/lectrices ?

Eh bien le scoop, c’est l’ouverture prochaine de ma boutique en ligne. C’est prévu pour la sortie du tome 3 des Gardiens des Anges, donc fin septembre. Les lecteurs pourront directement commander mes romans sur mon site internet, avec dédicace s’ils le souhaitent.

Je n’ai pas la prétention d’écrire de la grande littérature, ce n’est pas mon objectif. Je veux simplement raconter des histoires et faire ressentir des émotions, et je crois que mes lecteurs et lectrices l’ont compris. Alors tout simplement, merci à vous de prendre de votre temps pour découvrir mes histoires, merci pour les petits mots que je reçois et qui sont de vrais booster d’énergie ! Grâce à vous, la petite fille qui sortait émerveillée des salles de cinéma réalise chaque jour son rêve ❤

Merci Michèle Beck pour toutes ces réponses ! Je suis impatiente de lire la suite des gardiens des anges personnellement ! 😁 Pas vous ? 🤪

Mon avis disponible ici : Les gardiens des anges, Tome 1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :